La cotisation à la CSN

Afin de prendre une décision la plus éclairée possible, la CSN publiera sous peu des comparatifs de cotisations avec les autres organisations syndicales impliquées dans le vote d’allégeance syndicale. En attendant, nous vous invitions à prendre connaissances des enjeux entourant la cotisation à la CSN, histoire de bien comprendre son importance.

Qu’est-ce que la cotisation syndicale ?

Lorsqu’un syndicat s’affilie à la CSN, il devient membre de trois organisations affiliées, soit sa fédération, son conseil central et la confédération. Il verse donc des per capita (pourcentage des cotisations syndicales) à ces trois regroupements.

Une fois ces per capita versés, le reste de la cotisation appartient au syndicat. La caisse locale du syndicat est primordiale, car elle permet aux membres d’avoir une vie syndicale dynamique qui répond à ses besoins, de participer aux instances du mouvement (réunions et congrès), de produire un journal syndical, de suivre des formations et de couvrir d’autres dépenses essentielles à son bon fonctionnement. À la CSN, contrairement à beaucoup d’autres organisations syndicales, le syndicat est le seul à décider de son budget et de ses dépenses.

Après avoir consulté ses membres en assemblée générale, chaque syndicat décide du pourcentage qui sera perçu en cotisation syndicale. Ce montant doit être suffisant pour financer ses propres activités, et verser ses per capita pour les services qu’il reçoit.

Alors qu’à la CSN la cotisation représente 0,72 % du salaire, celles des fédérations et des conseils centraux varient d’une organisation à l’autre. Le pourcentage à verser est déterminé lors des congrès des trois organisations. C’est donc dire que ce sont les membres qui décident.

À quoi sert la cotisation ?

Véritable instrument de solidarité, la cotisation syndicale versée à la CSN revient aux syndicats sous forme de multiples services. Utilisée d’abord et avant tout pour répondre aux besoins nombreux et variés des syndicats, une partie est aussi dédiée au soutien de campagnes, comme celles en santé, en sécurité du travail, pour le maintien de services publics de qualité et accessibles, etc.

À la fédération, la cotisation permet d’embaucher un personnel professionnel qui fait un travail de premier plan auprès des syndicats, soit celui rattaché aux relations de travail, à la négociation et ainsi qu’à l’application et au respect de la convention collective.

De leur côté, les conseils centraux offrent dans toutes les régions du Québec un appui aux syndicats dans leur mobilisation. Ils assurent aussi la défense des membres devant les tribunaux administratifs, à titre d’exemple, pour leurs problèmes avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), de l’assurance-emploi.

Quant à la CSN, elle offre des services plus spécialisés, tels des conseils juridiques, médiatiques et financiers, de syndicalisation, de mobilisation, de formation et en matière de santé et de sécurité du travail.

Solidaires

En s’affiliant à la CSN, le syndicat choisit de mettre en commun une partie de ses ressources financières qu’il met au service de l’ensemble des membres du mouvement. Ainsi, même les syndicats qui comptent moins de membres peuvent bénificier de tous les services de la CSN, de la fédération et du conseil central pour améliorer leurs conditions de travail et de vie. Ce partage est un signe concret de la solidarité qui anime la CSN depuis 1921.